Céramiste

Isabelle DURIEUX

Isabelle DURIEUX : céramiste

Après des études d’histoire et histoire des arts, je deviens professeur des écoles pour 17 ans.

Erreur de parcours, concours de circonstances, toujours est-il qu’il m’a fallu ce temps pour oser, enfin, entrer dans le monde de la céramique.

Ce sont les rencontres avec 4 céramistes qui m’y décident. D’abord Marie-Berthe SEIGLE-FERRAND, maintenant installée à Rencurel (38), qui me fait découvrir le modelage. Ensuite, c’est Claude HERGOTT, à Entrevennes (04) qui m’aide à toucher aux différentes techniques du métier. Puis Yves GAGET, à Biol (38), m’initie au tournage et à la terre vernissée.

Les plaisirs que j’ai connus à chaque fois avec eux, m’encouragent à quitter l’éducation nationale pour suivre une formation chez Dominique LEGROS, à Aubinges (18), proche du village mythique de La Borne. Chez lui je découvre le raku, les cuissons basse température et autres enfumages des pièces.

Cette expérience reste inoubliable tant elle m’a apportée en sensations, émotions et découvertes : La Borne et son centre de la céramique, ses fours à bois, sa multitude de potiers divers et exceptionnels par leur savoir-faire et leur philosophie de vie.

En mai 2011, je suis officiellement inscrite à la chambre des métiers et de l’artisanat.

J’installe mon atelier à St Etienne de St Geoirs pendant l’été qui suit, et je démarre mes premiers marchés à la fin de l’automne.

Je  m’exprime dans la réalisation d’objets décoratifs selon trois techniques : le raku, la terre polie enfumée et le grès haute température.

Depuis février 2014, une salle d’exposition a été aménagée près de l’atelier. Elle permet aux visiteurs de passage, d’avoir un aperçu de ma production et d’acheter une pièce s’ils le désirent. N’ayant pas d’horaires d’ouverture, il est préférable de me contacter avant de venir me  voir.

Tous les potiers que j’ai rencontré m’ont toujours dit qu’une vie entière ne suffirait pas à exploiter toutes les possibilités qu’offre la terre. C’est là mon grand regret, car en entrant tardivement dans le monde de la céramique, je sais que je n’aurai pas assez de temps pour découvrir tout ce que je souhaiterais.

Alors j’essaye, je tâtonne, je change, je veux connaître un maximum de choses avant qu’il ne soit trop tard. Avec un peu de chance, je trouverai peut-être à temps ce qui est le mieux pour moi, ma paix « in-Terre-rieure ».

Pour suivre l’actualité d’Isabelle DURIEUX :